Pourquoi les jeunes diplômés devraient-ils opter pour le portage salarial ?

Au 18 février 2022, l’Insee (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) a publié le rapport de sa 38ème enquête relative à l’emploi en France. Les résultats de ce rapport indiquent que 15,9% des jeunes diplômés (15-24 ans) sont au chômage. Au rang des causes de ce phénomène, on retrouve bien évidemment les revers de la pandémie du Covid-19. Aussi, les entreprises sont réticentes à l’idée de les embaucher à cause de leur manque d’expérience professionnelle. À défaut de se tourner vers l’entrepreneuriat, le portage salarial est une alternative bien plus intéressante pour les nouveaux actifs. Envie d’en savoir plus ? Voici 08 raisons de vous convaincre d’opter pour la formule du portage salarial en tant que jeune diplômé.

1. Suivre une formation plus pratique qu’en stage académique

En principe, durant votre parcours académique, vous avez sûrement dû effectuer des stages. Normalement, ce type de stages dure maximum 06 mois. Supposons que vous avez obtenu votre licence après avoir réalisé 03 stages de 06 mois chacun.

Au total, vous aurez gagné 1 an et demi d’expérience professionnelle. Pourtant, la majorité des entreprises demande au minimum 03 ans d’expérience à un même poste avant de recruter. Vous comprendrez donc que votre embauche ne sera effective qu’après avoir effectué au moins 06 stages. Non seulement il est difficile de trouver des stages, mais rien ne vous garantit absolument d’être embauché.

Si vous choisissez la formule du portage salarial, vous ne serez pas exposé à ce problème. Il faut savoir qu’à ce niveau, vous pouvez réaliser des missions pour un même client plus longtemps. Sauf que ladite mission ne doit pas excéder 03 ans. En plus, la société de portage salarial qui vous emploie met à votre disposition des sessions de formation. Elles sont axées sur votre domaine d’expertise et sur le domaine commercial (prospection, négociation, etc.).

En comparaison au stage académique, les tâches à réaliser sont plus proches de vos acquis théoriques. Puis, vous avez le temps d’affiner vos méthodes de travail et détecter les tendances de votre secteur.

2. Analyser le marché avant de créer son entreprise

En général, l’on conseille à tout futur créateur d’entreprise d’étudier son marché-cible avant de se lancer. Ainsi, il comprendra mieux les besoins des prospects au moment de confectionner son produit. Sauf que mener une telle étude, bien qu’importante, requiert du temps et des ressources (matérielles et financières).

C’est ici que le portage salarial fait toute la différence. Le principe est simple : vous trouvez un client, vous vous faites embaucher dans une entreprise de portage et vous percevez vos gains. En réalisant vos missions, vous touchez plus facilement du doigt les problèmes de vos clients. En fonction de leur nombre et l’importance de la demande, vous saurez à l’avance si votre offre intéresse ou non vos cibles. Petit plus : cela ne vous coûtera pratiquement rien. Tout ce que vous aurez à faire, c’est de réaliser les missions et d’ajuster en fonction des requêtes du client.

Analyser le marché avant de créer son entreprise

3. Développer sa réputation auprès d’une clientèle existante

Dû à leur manque d’expérience, il est difficile pour les jeunes diplômés de se forger une réputation solide. Car, il faut le dire, certains clients préfèrent confier des tâches à des prestataires dotés d’une bonne réputation. En devenant un salarié porté, le nouvel actif accède au portefeuille-clients de la société de portage qui l’a recruté. Du coup, il s’évite des séances de prospection fastidieuses pour trouver des clients.

Puisqu’il vient d’arriver sur le marché du travail, le jeune diplômé peut profiter de ce fichier pour attirer l’attention de clients haut-de-gamme. Plus ils seront satisfaits de son travail et plus ils accepteront de retravailler avec lui ou de le recommander à d’autres personnes. Également, le portage salarial est une bonne idée pour trouver son futur employeur. Petite astuce : n’hésitez pas à ajouter les missions réalisées en portage salarial dans votre CV. Si vous envisagez de démissionner à l’avenir, elles constitueront une valeur ajoutée lors de futurs entretiens d’embauche.

4. Une rémunération attractive

Dans la formule du portage salarial, le salarié porté perçoit un salaire au moins égal à un certain pourcentage du PMSS (Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale). Ce pourcentage varie en fonction des profils (junior, senior ou forfait jours). D’après la convention collective du portage salarial, les diplômés junior gagnent a minima 70% du PMSS (Source). D’ailleurs, il faut savoir que ce plafond est revalorisé tous les ans par l’Urssaf (Union de Recouvrement des Cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiales).

Selon l’arrêté du 15/12/2021 portant fixation du plafond de la sécurité sociale, il est de 3.428 €/mois en 2022 (Source). Donc, tout salarié porté junior percevra 2.399,6 €/mois, ce qui reste assez intéressant pour un débutant. Attention tout de même : la société de portage prélèvera différents coûts avant de vous redistribuer le reste. Par conséquent, il faut donc bien déterminer son TJM (Tarif Journalier Moyen) pour rehausser ce montant.

Aussi, gardez à l’esprit qu’il existe de nombreux moyens pour optimiser vos revenus. On distingue les immobilisations, le recours au système d’affiliation, le remboursement des frais professionnels etc. Concernant les deux derniers, il serait judicieux de vérifier leur existence auprès de la société de portage avant tout recrutement.

5. Allier travail et sécurité sociale

Rappelons-le, le portage salarial combine l’autonomie du consultant indépendant à la protection conférée par le statut de salarié. Concernant ce deuxième volet, cela veut dire que le salarié porté jouit des prérogatives de la sécurité sociale. Concrètement, il supporte les charges sociales (santé, vieillesse, etc.) mais les récupèrera dès le départ à la retraite.

De surcroît, le reversement de ces contributions n’incombe pas au travailleur porté mais à son employeur. De ce fait, il s’évite donc les longues files d’attente dans les administrations compétentes (Urssaf, OPCA, AGIRC-ARRCO). Toutefois, il faut se rassurer que votre employeur applique bien les taux en vigueur définis annuellement par l’Urssaf.

5. Allier travail et sécurité sociale

6. Trouver un mentor professionnel plus facilement

On a coutume de dire que la constitution d’un réseau facilite l’insertion professionnelle. Traditionnellement, les écoles proposent cette solution sous la dénomination de « réseau d’anciens » ou « alumnis ». Même sous la formule du portage salarial, il est possible pour les jeunes diplômés de trouver un mentor.

Chaque Entreprise de Portage Salarial (EPS) dispose en son sein de professionnels qualifiés qui accompagnent les débutants et experts dans leurs missions. Ils peuvent revêtir la casquette de formateur ou intervenir dans les évènements (conférences, séminaires, etc.) organisés par l’EPS. Qu’importe la société, vous trouverez toujours un consultant expérimenté pour vous prodiguer des conseils.

7. Travailler sans gérer les contraintes des consultants indépendants

Lorsqu’on est un travailleur indépendant, l’organisation reste un élément capital. Prospecter, négocier ses tarifs, réaliser les missions, gérer sa comptabilité, déclarer ses revenus… sont des tâches fastidieuses. Pour le jeune diplômé, ce n’est pas toujours évident d’avoir assez de temps ou les compétences nécessaires pour y arriver.

Le portage salarial vous donne la possibilité de faire fi de tout ce travail. En d’autres termes, c’est votre employeur qui en la charge exclusive. Du coup, vous avez largement le temps de vous concentrer pleinement sur vos activités. Là encore, n’oubliez pas de bien vous documenter pour éviter les mauvaises surprises. Si possible, n’hésitez pas à demander l’avis d’experts dans votre entourage.

8. Anticiper sur l’avenir

D’après le FEPS (Fédération des Entreprises de Portage Salarial), le portage salarial devrait générer 17 milliards d’euros à l’horizon 2030. Il faut dire que cette formule devient assez prisée auprès des entreprises clientes.

De plus en plus, elles font appel à des sociétés de portage salarial pour dénicher de nouveaux talents. Étant donné que les missions sont ponctuelles, le recours au portage salarial leur permet de les entamer plus rapidement. Puis, elles ont l’assurance que le travail à fournir sera de qualité. Aussi, le portage salarial coûte moins cher que d’embaucher un nouveau candidat.

Avec de tels chiffres, ceux qui viennent d’obtenir leurs diplômes devraient pouvoir tirer leur épingle du jeu. Car, si au départ la liste des métiers compatibles avec le portage salarial était restreinte, elle ne cesse de s’allonger. Aussi, l’on remarque certaines compétences sont plus sollicitées tels que l’informatique et la communication. Le jeune diplômé doit donc s’arrimer à cette nouvelle mutation pour trouver facilement un emploi.

le portage salarial

En conclusion :

Si vous doutiez encore des avantages du portage salarial pour les jeunes diplômés, la liste suscitée devrait vous convaincre. Des formations plus pratiques, une couverture sociale, tester l’idée de création d’entreprise en sont quelques-uns. Évidemment, prenez le temps de comparer plusieurs entreprises de portage salarial pour trouver celle qui vous correspond. Pour cela, prenez en compte des éléments comme les frais de gestion, les charges à supporter et les services offerts. Avec l’essor qu’il connaît depuis les années 2000, le portage salarial est assurément une formule d’emploi tourné vers l’avenir. Il ne vous reste plus qu’à identifier les secteurs qui y sont compatibles pour démarrer en toute sérénité sur le marché de l’emploi.

Lire aussi: Les spécificités des contrats en portage salarial

(6)